Pourquoi Ulmo

Pourquoi Peter a choisi le nom de « Ulmo » pour son école de surf…

Ulmo est un personnage de légende, une divinité, qui apparaît dans le Silmarillion de J.R.R. Tolkien, ouvrage publié à titre posthume en 1977 où l’auteur du Hobbit nous décrit la genèse de la Terre du milieu…

C’est un nom composé en quenya ou sindarin, une langue fictive pour les elfes. Ulmo est l’un des plus puissants des quatorze « Valar » (comparables à des divinités ou des anges de nos cultes occidentaux).
Il est le Roi des eaux, des mers et des océans. On le retrouve partout où coule la moindre goutte d’eau salé ou douce, dans les abîmes de l’océan ou encore dans le plus infime des ruisseaux. Vêtu d’écailles en cottes de mailles et d’un gigantesque trident, il porte une longue barbe blanche.

Malgré son apparence impressionnante :

[…] telle une haute vague qui s’avancerait sur les terres, un heaume noir couronné d’écume et une cotte de mailles où l’argent ruisselle, moitié d’ombres vertes.

Ulmo est un grand défenseur des Hommes. Il se démarque des autres Valar par sa capacité a ressentir les peines et les souffrances du Monde car il peut avancer dans les terres grâce aux fleuves, lacs et rivières.
C’est dans cette première description que l’on fait la relation avec l’Ulmo Surf School, une passion commune pour l’océan et pour l’homme qui respecte et aime le large, les vagues et le rivage.
Mais Ulmo est également Seigneur du Vent… Or, Peter considère que le fait de surfer apporte plus une sensation de vol que de glisse. Peut-être trouve-t-on ici un début d’explication au fait qu’à l’Ulmo Surf School de Soulac-sur-Mer, l’expression « take-off » (décollage de la vague) prend tout son sens !

Quel meilleur nom pour une école de surf que celui qui relie le Seigneur des Océans à l’Homme, le surfeur, premier amoureux et défenseur des mers ?

L’Ulmo Surf School à Soulac, pas un mythe mais une réalité, une école de surf qui respecte aussi bien les hommes que l’océan et les plages du Médoc.

Ava Charpentier, 17 Octobre 2017.

Ajoutez votre commentaire